L’histoire du savon remonte à plusieurs millénaires, jusqu’à être devenu aujourd’hui un bien de consommation courant.

Le savon est à bien des égards un produit moderne, et très utile dans ces temps de crise sanitaire.
Mais on peut aussi retracer ses origines à des milliers d’années.
Alors que le savon moderne industriel est créé avec l’aide d’une variété de produits chimiques, les premiers savons utilisaient des techniques chimiques de base dans le but d’aider les gens à se nettoyer eux-mêmes ou bien nettoyer leurs biens.

L’histoire du savon

Les bases de la fabrication d’un savon n’ont jamais changé.
La saponification (le processus chimique de création d’un savon) se produit lorsque des graisses et huiles se combinent avec un agent alcalin.
Une fois que ces substances ont réagis les unes avec les autres, vous vous retrouvez avec du savon et de la glycérine.

Les premiers fabricants de savon mélangeaient des cendres de bois avec de la graisse animale.
Une histoire commune, mais apparemment mythologique, provenant du site de la « Soap and Detergent Association », précise que les Romains faisaient des sacrifices d’animaux sur le « Mont Sapo ».
Et lorsqu’il pleuvait sur le mont Sapo, la cendre de bois (qui est caustique) se mélangeait avec les graisses animales restantes et produisaient un mélange de savon que les habitants recueillaient et utilisaient à des fins de lavage.
C’est une histoire plaisante et intéressante, mais de nombreux historiens, pour diverses raisons, ne croient pas qu’elle soit vrai.

La première preuve de fabrication de savon remonte à l’époque babylonienne, environ 2800 ans avant JC.
Les babyloniens avaient maîtrisé l’art de créer du savon à partir de cendres et de matières grasses.
Des preuves de présence de savon, ou autres matières nettoyantes, ont été retrouvées dans une différentes cultures ultérieures aux babyloniens.
Les Egyptiens mélangeaient des huiles et sels alcalins pour fabriquer des substances de nettoyage, les Romains utilisaient l’urine dans leurs savons. (Les chimistes ont démontré que mélangée à une matière grasse, l’urine, et plus particulièrement, l’ammoniac qu’elle contient, donne immédiatement un savon blanc).

Environ 1000 ans avant JC, au nord-ouest de la Syrie est fabriqué un savon aujourd’hui renommé, dit « savon d’Alep », du nom de cette ville syrienne.
Pour élaborer ce précieux savon les maîtres savonniers d’Alep utilisent l’huile d’olive locale et de la soude végétale, mais ils ajoutent dans leur composition un ingrédient supplémentaire : l’huile de baies de laurier.
Pendant les croisades, la recette du savon d’Alep aurait atteint l’Europe. Il serait ainsi l’ancêtre de l’ensemble des savons durs au monde.

une histoire du savon


Au cours des années 1800 il y avait encore une grande variété de substances savonneuses utilisées.
En Europe, le savon à base d’huile d’olive est devenu populaire et des variations régionales ont été développées.
Aux États-Unis, beaucoup de gens fabriquaient leur propre savon. La graisse animale a été combiné avec de la lessive à base de cendres de bois et de l’eau.

Le terme Savon

Saponification vient du terme gaulois (Gaulish) «sapo» ou bien à partir d’un mot germanique « saipa ».
Les deux termes tirent leurs origines du mot latin «sebum» signifiant la graisse ou le suif.
Ils ont donné le mot « Soap » en anglais et « Savon » en français.

Le mot «sapo» apparaît d’abord dans l’ancienne encyclopédie Naturalis Historia, publié par Pline l’Ancien en latin entre 77 et 79 après JC.

Dans le livre 28, chapitre 51, Pline a écrit:

Prodest et sapo, Galliarum hoc inventum rutilandis capillis. Fit ex sebo et cinere, optimus fagino et caprino, duobus modis, spissus ac liquidus, uterque apud Germanos maiore in usu viris quam feminis.

Il y a aussi du savon (sapo), une invention des Gaulois pour rendre leurs cheveux brillants.
Il est fabriqué à partir de suif et de cendres, de la graisse de chèvre, et existe sous deux formes, solide et liquide, parmi les Germains les deux sont utilisés plus par les hommes que par les femmes.

Le savon industriel

Aujourd’hui, l’industrie du savon est une entreprise florissante parmi lesquelles on trouve de nombreuses sociétés bien connues.
Au cours de l’histoire du savon, les bases de sa fabrication et de ses anciens ancêtres sont presque les mêmes, mais il y a eu plusieurs changements importants dans un passé plus récent.
Aux environ de la Seconde Guerre mondiale les fabricants de savon se sont éloignés des normes de fabrication. Ils ont modifié la fabrication afin de produire moins cher, et plus rapidement.

Le savon est fait par saponification ou neutralisation.
Pour la saponification, la graisse ou l’huile – souvent graisse de vache, de moutons, huile de palme, ou de l’huile de noix de coco, est chauffée et mélangée avec les agent alcalins liquides.
La neutralisation utilise la vapeur pour séparer de force les glycérine et les acides gras des triglycérides. Le mélange est ensuite distillé et on mélange avec un agent alcalin.

De nombreux produits chimiques sont ajoutés au savon pour donner au savon sa substance, son odeur, sa couleur ou sa texture afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur.

Le retour aux sources : la saponification à froid

Le fait de chauffer les ingrédients leur fait perdre leurs qualités. Et l’utilisation de produits chimiques dans un savon pour de nombreuses personnes est contraire au besoin qu’elles ont d’un savon.

Des artisans, parmi lesquels je me trouve, ont alors préféré utiliser cette méthode ancestrale de production de savon : la saponification à froid.

Cette méthode respectueuse des ingrédients, de l’environnement, permet d’obtenir un savon doux, surgras, bon pour votre peau.

Catégories : Non classé

Emmanuelle

Créatrice de la savonnerie artisanale Terre de Savons.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 24 =